ACTUALITES

Spa-Francorchamps (8/9 juin)

11/06/2019
CIRCUIT

Gilles Magnus: «La Brabançonne à Spa, un moment exceptionnel»


Comme l’avaient fait Bertrand Baguette et Stoffel Vandoorne il y a quelques années, Gilles Magnus a profité du meeting organisé à Francorchamps pour imposer les couleurs du RACB National Team au volant de son Audi RS 3 LMS. Il s’agissait du 3e rendez-vous, seulement, de notre compatriote avec le TCR. 

Gilles Magnus n’en finit pas d’impressionner. Déjà très en verve lors du premier meeting des TCR Europe et Benelux sur la piste du Hungaroring, le jeune Belge avait confirmé à Hockenheim quelques semaines plus tard. C’est d’ailleurs au 3e rang des championnats Tourisme qu’il abordait le rendez-vous à Francorchamps ce week-end.  Sur «son» circuit ardennais, le lauréat du Volant TCR organisé par le RACB National Team s’est montré plus performant encore en signant la pole position de la 1ère course. «Ce ne fut pourtant pas un exercice facile», sourit le Belge. «C’est vrai que l’Audi RS 3 LMS était parfaitement à l’aise sur ce tracé mais j’ai dû exploiter au maximum les qualités de la voiture pour devancer un concurrent sur une Audi identique. C’est avec 65 millièmes seulement que j’ai signé le meilleur temps en qualification.» Auteur d’un départ parfait, Gilles Magnus a résisté jusqu’au bout aux assauts de ce rival pour finir avec 1,5 seconde d’avance et vivre l’un des moments les plus intenses de sa jeune carrière. «Avec les responsables du team Comtoyou, nous avons beaucoup travaillé dans la préparation de ce week-end. Notamment en ajustant au mieux les réglages pour la course et en soignant les départs. Ces efforts ont payé. Ecouter la Brabançonne devant son public, ses supporters au terme d’une course aussi difficile sur le plus beau circuit du monde, c’est un souvenir gravé à jamais dans ma mémoire.» La deuxième course, ce dimanche, fut par contre moins réussie. «En s’élançant de la 10e place sur la grille comme le veut le règlement, je savais que je serais plus exposé à l’agressivité de certains adversaires. L’un d’eux a raté son freinage et m’a embouti. Une roue arrière touchée, l’abandon était inévitable. C’est dommage, évidemment, de terminer de cette façon mais c’est la course. De toute façon, je retiendrai la pole et la victoire samedi. Des moments intenses que j’espère revivre bien vite.»