ACTUALITES

Course de côte de la Principauté de Chimay, le 9 juin 2019

09/06/2019
COURSE DE CÔTE

Jean Schmits, 9 ans après en national, Vandeput (D4) et Le Nouvel (D123) à nouveau en communautaire


80 concurrents ont pris part ce dimanche 9 juin à la course de côte de la Principauté de Chimay. Quasiment épargnée par la pluie, l’épreuve a vu le multiple champion de Belgique, Jean Schmits, renouer avec le succès (RACB, cat.2). Martin Bach (RACB, cat.1) s’est également imposé tandis que Julien Vandeput (ASAF, D4) et Christophe Le Nouvel (ASAF, D123) ont ajouté un nouveau succès à leur collection 2019.

Epreuve atypique de la saison belge des courses de côte puisqu’elle se déroule en fait sur un circuit, la course de côte de la Principauté de Chimay a le mérite de rappeler l’importance de l’endroit dans le riche passé du sport automobile (et motocycliste) belge et international. Elle est aussi la dernière épreuve automobile « moderne » organisée sur un site aujourd’hui essentiellement réservé à des meetings historiques. Epreuve RACB     : Une F3000 s’impose à nouveau     !   Et de clin d’oeil à l’histoire, il en a été question ce dimanche avec la victoire de Jean Schmits (1er DE18) dans la troisième manche du championnat de Belgique. Neuf ans en effet (le 9 mai 2010 à La Roche) que le détenteur du record absolu de titres belges en course de côte (12, décrochés entre 1998 et 2009), ne s’était plus imposé à ce niveau. Qui plus est, toujours au volant de sa fameuse Ralt F3000, multi-couronnée elle aussi. Une monture en âge d’être admise dans les championnats historiques internationaux sur circuits mais qui constituait, ce dimanche, le meilleur matériel. Sans opposition directe, le Liégeois n’a pas dû forcer son talent, signant un honorable 1.06.59 suffisant pour l’emporter. Plus de trois secondes derrière, la place de dauphin s’est jouée de peu entre le Français Daniel Allais (1er DE16) qui, malgré un souci en dernière montée, a placé sa Dallara F3 8/10es de seconde devant la Van Diemen Formula X de Jacques Marchal (1er DE15), toujours gêné par des problèmes de palettes au volant, qui complète le podium final au scratch et dans une catégorie 2 où il faut encore signaler la 4e place d’Adrien Marchal (1er CM13) au volant de son petit proto Silver Car du Gr.CM qu’il est parvenu à glisser devant les Formules Renault ou libres des Fontenelle (1er DE17), Jubert (tous deux poursuivent bien l’apprentissage de leur Tatuus FR 2.0), Fusiller et Janin.

Dans la catégorie 1 des véhicules de production, deux pilotes ont marqué les esprits en étant les premiers à descendre en 1.13 au volant d’une voiture issue de la série. Honneur à Martin Bach (1er E1-10) qui a fait honneur à sa Mitsubishi Evo6 ex-championnat d’Europe de la montagne et respect à Loïc Cordier qui, au volant de sa Porsche 997 GT3, a gagné… 5 secondes par rapport à l’an passé. Face à de telles montures et sur un tracé pareil, la meilleure Peugeot 205 GTI ne pouvait briguer que la 3e place. Mission réussie pour Eric Schwilden (1er E1-8) qui, trop vite débarrassé de Vincent Vansamilliette (BMW 320, sortie) et Fabrizio Casciaro (Honda Civic, mécanique), a laissé derrière lui du beau monde, y compris des monoplaces ! N’oublions pas de citer le nouveau succès en classe E1-9 de Nicolas La Valle et celui du vétéran anglais, Ian Gibson en historique, seul inscrit au volant de sa Lotus 51A. Epreuve ASAF Affiche valorisante dans la sixième manche du championnat ASAF-FWB avec pas moins de 59 concurrents dont 12 inscrits dans la Division 4 des véhicules de compétition. Où on a assisté à un beau duel « fratricide » entre Julien Vandeput et Grégory Straga. Malgré une tenue de route imparfaite de sa Van Diemen et une belle figure au premier passage, le premier 

nommé (1er 4-15) s’est imposé avec 6/10es de seconde d’avance à l’addition des deux meilleurs temps des trois montées. Mais il ne tarissait pas d’éloges à propos de son adversaire : « C’est la première année qu’il roule avec un moteur de moto comme moi. A la différence que j’ai un 1300cc et  Greg un 1500cc. Mais son proto est plus lourd que ma monoplace. Il évolue super bien et commence à bien comprendre le maniement particulier de sa mécanique ». Avec encore un peu d’expérience et un petit travail d’allégement, il faut s’attendre à ce que le Radical SR4 brigue très bientôt la victoire ! 3e, un autre petit proto, le Speedcar GTR d’un Frédéric Souris qui a d’autres priorités en ce moment, a assuré la jonction avec les premiers kartcross, obligés de jouer une course dans la course sur un parcours trop rapide pour eux. Progressant bien avec son Raptor, Joseph Ferro s’est imposé dans la classe 4-14 de peu face à Damien Herbiet, auteur d’une belle prestation au volant du Panthera ex-Delrue qu’il vient d’acquérir. Emmené par Patrick Scauflaire qui s’était imposé en début de saison au Mont-Saint-Aubert, le reste du peloton suit à plusieurs longueurs...

Du côté des Divisions 1, 2 et 3 et bien qu’il se soit plaint d’une voiture qui glissait trop, Christophe Le Nouvel et sa Citroën AX GTI (1er 3-11) ont signé leur quatrième succès de la saison en ne permettant à personne de rester dans leur sillage, pas même Francis Gilles et sa Ford Escort Cosworth (1er 3-13), relégués à plus de 2 secondes par montée…  les autres concurrents ayant concédé plus de 5 secondes à chaque passage ! Avec sa vénérable VW Scirocco, Benjamin Defesche (1er 3-12) est monté sur la 3e marche du podium final, nettement devant un quintet groupé en moins de 2 secondes et demie et emmené par Sylvain Margueritain. On y retrouve aussi Axel Blockmans (1er 2-7) et Yoann Branquart, 6e, qui classe la première propulsion (BMW Compact). Disposant, une fois n’est pas coutume, d’une Seat Ibiza au lieu de l’AX ex-Le Nouvel, Julien Lupardi s’en est plutôt bien sorti (9e) tandis que la 10e place a été le théâtre d’une lutte entre VW Golf de générations différentes, la série 1 de Steve Fafra ayant finalement pris l’ascendant sur la série 2 surpuissante de Nicolas Hennequart, contrainte à l’abandon au dernier passage. Les autres victoires de classe sont revenues à David Georges (12e et 1er 2-6), Thierry Beguint (15e et 1er 3-10), Jean-Philippe Leblanc (19e et 1er 2-8 sur une originale Audi TT), Philippe Denis (27e et 1er 1-3 de peu face à Michaël Masson, 29e) et Laurent Grégoire (39e et 1er 3-9). Précisons encore que 8 participants étaient inscrits en HistoDémo, catégorie non chronométrée dans laquelle on retrouvait pourtant les habitués Daniel Dierckx sur une Donkervoort (suite aux soucis successifs rencontrés avec l’AX puis la C2) et Gérard Brasseur sur son habituelle Martini MK43 (suite à un souci d’homologation d’équipement).

 

Prochaine épreuve (RACB et ASAF) : la course de côte d’Alle-sur-Semois, dimanche 16 juin